News

Surgery Day 2016

SHARE

La chirurgie de la vigne a été présentée en Friuli: la nouvelle frontière pour sauver les vignes de l’esca, sans les extirper.

Aujourd’hui, à Capriva del Friuli, ont été présentées les données que 5 ans de travaux et expérimentations dans des vignes italiennes et françaises ont permis de rassembler. Les résultats sont surprenants : 90% des plants qui ont été traités sont redevenus pleinement productifs.

« On peut comparer notre intervention, en simplifiant, à ce que fait le dentiste pour soigner une carie. Avec des petites tronçonneuses, on ouvre le tronc et on enlève la partie attaquée par l’esca. Le plant désintoxiqué de la maladie regagne de la vigueur, donne à nouveau des fruits et redevient pleinement productif ».

L’importance de cette issue est énorme, soit pour la qualité des vins soit pour sa retombée économique. En effet, en extirpant des vignes malades et en les remplaçant par de nouvelles boutures, on crée une disparité dans la qualité des raisins, ce qui a un impact sur la qualité et la quantité du vin. Le fait d’avoir des plants qui vivent le plus longtemps possible est une exigence prioritaire pour tous les vignerons, mais surtout pour les Maisons internationales les plus importantes, puisque c’est une garantie de continuité qualitative et d’identification de leurs grands vins. La chirurgie de la plante, en outre, permet aux exploitations de faire des économies de taille : elle évite le cout d’une nouvelle plantation (extirpation des vignes malades, creusage, plantation des boutures, élevage) et obvie au manque de production des nouveaux plants, pendant au moins trois ans.

La moderne chirurgie de la plante des Preparatori d’Uva se refait à une technique pour assainir les plantes infectées par l’esca et éliminer le bois carié, qui remonte à il y a 100 environ.

« Nous avons donc pensé d’expérimenter la chirurgie de la plante, que Ravaz et Lafon ont décrit comme étant pratiqué depuis l’antiquité et qui était pratiquée par Poussard à la fin du XIXe siècle avec des résultat très encourageants : 90-95% de bois assainis – raconte Simonit –. Grâce à l’intérêt du prof. Denis Dubourdieu, récemment disparu, qui était directeur de l’ISVV (Institut des Sciences de la Vigne et du Vin) de l’Université de Bordeaux, nous l’avons mise en pratique avec des outils modernes ».

Les premiers essais ont été menés en 2011 à Chateau Reynon, puis chez Schiopetto en Friuli et chez Bellavista en Franciacorta.

Au bout de six ans de travail et d’expériementation, 10.000 plants de 5 variétés ont été opérés (Sauvignon blanc, Chardonnay, Cabernet-Sauvignon, Cabernet Franc, Pinot noir), dans des vignobles italiens et français de 6 régions viticoles : Collio, Isonzo, Franciacorta, Bolgheri, Champagne, Bourgogne, Bordeaux. Sept « chirurgiens » Simoni&Sirch se consacrent aujourd’hui à la formation des manœuvres à l’intérieur des entreprises, pour leur apprendre les opérations délicates et précises qui mènent à des résultats parfaits en chirurgie de la vigne.

 

Video: Surgery for esca disease

 

 

Back to Top